Page 2 sur 5

Posté : 21 déc. 2007 12:52
par phil
Je suis d'accord avec toi Philippe. Excellent bouquin pour l'identification.

Posté : 21 déc. 2007 13:39
par melano
Bon coté nombre de spores par asques, ça colle. Pour la gléba, beige marron clair.

Pour les spores, voici la photo :

Image

A titre de comparaison, voici une photo de spores d'aestinatum du Périgord trouvée super mûre lundi dernier :

Image

Les spores y sont bien plus ovales que sur la première.

Y a-t-il des photos des spores de bellonae sur le livre et si oui, ressemblent-elles?

Fred

Posté : 21 déc. 2007 22:30
par phil
Salut Mélano

il y a des photos de spores de T. bellonae Quélet dans le bouquin "Truffes d'europe et de chine" et ça ressemble beaucoup à la première images que tu as présentée (spores sphériques et couleur identique aux tiennes , quand à la gléba, ils disent "ocre grisatre à pourpre vineux" donc ça colle assez avec ton beige marron clair). Je dirais presqu'à coup sur qu'il s'agit de T. bellonae.

A+

Posté : 21 déc. 2007 22:48
par jm16
Tes photos de spores confirment celles du livre" truffe d'europe et truffe de chine"
photo1 mésentérique et photo 2 uncinatum.
Mon chien a trouvé 28 truffes sous le même chêne vert; trés petites ( la plus grosse était de la taille d'une grosse noix) et de forme plustôt ronde et régulière san cavité, la couleur de la gléba me fait pensée à uncinatum, par contre, 5 ou 6 avaient une odeur de bitume.Est-ce vraiment des uncinatum qui étaient bien mures ?
JM

Posté : 22 déc. 2007 09:12
par melano
Il est probable qu'une truffe ne dégage pas les mêmes arômes en fonction de son état de maturité. Donc, si tu es passé sous cet arbre pour la première fois , il devait y avoir des truffes justes mûres et d'autres passées (uncinatum sort plus tôt en général).

J'ai trouvé une station chez moi où elle abonde aussi.

Fred

Posté : 10 janv. 2008 20:58
par Philippe
Vu la photo des spores, si le péridum est noir et revêtu de verrues, ça ne peut être que T. mesentericum.
Les spores en photo 1, réticulo-alvéolées, ne sont pas assez ronde pour T. bellonae et pas assez allongées pour Uncinatum ou aestivum. De plus, elles sont bien le plus souvent par trois.
Cette truffe doit être pourvue d'une cavité basale (petit creux au centre) et de forme plutôt ronde.

Bon pâté.

Posté : 10 janv. 2008 21:07
par melano
Amazon vient de m'envoyer un mail pour me dire que le livre sur les truffes d'Europe était en cours d'envoi. Dès que je l'ai, je pourrais regarder.

Fred

Posté : 10 janv. 2008 22:32
par Philippe
Bonne lecture.
Je sens que tu vas avoir un nouveau livre de chevet... ;)

Posté : 11 janv. 2008 16:27
par tricastin
bonjour à tous je suis un petit nouveau sur le forum et dans le monde de la truffe mais je crois que je viens de decouvrir une nouvelle passion et tout ça grace à mon beau pere qui m'a sorti sous mes yeux incrédules deux superbes truffes à la mouche depuis j'essaye de l'imiter mais avec peu de succès...Du coup j'ai décidé cette année de m'y mettre et j'ai planté une petite quinzaine d'arbres "champions "sur un bout de terrain familial qui n' était jusque là bon que pour les dimanches en famille.Est ce que quelqu'un peut m'en dire plus sur mes arbres "champions " sachant qu'ils sont agés de trois ans que ce sont des plants robin .D'avance merci et tous les conseils seront les bienvenus

Posté : 11 janv. 2008 17:14
par melano
Bonjour Tricastin et bienvenue parmi les grossestruffes.

Selon toute vraissemblance tes plants "champions" sont des répliques de très bons arbres obtenus par multiplication végétative à partir d'organes de chênes remarquables pour leur niveau de production.

Ces arbres appartennant à des clônes ont été fabriqués pour conserver les qualités d'un arbre mère remarquable. Mais la multiplication végétative des chênes délicate empêche d'obtenir beaucoup de ces plants.

Mais à priori, une équipe israelienne vient de mettre au point un protocole de clonage des chênes pubescents à partir de cellules méristématiquse. Cela devrait très prochainement servir pour tester si le couple formé par l'arbre et la truffe est important pour la production.

On va donc cloner des arbres très bons producteurs à partir des méristèmes puis innoculer ces arbres avec leurs propres truffes. On replante et résultats dans 20 ans.

Ces travaux sont interessant même si on est loin d'application pratiques généralisées.

Fred

Posté : 11 janv. 2008 17:27
par galistruffe
ces arbres clonés existent depuis 6 ans au moins chez robin mais pour ce que j ai pu en voir la partie hereditaire des plants n est pas conservé .cela ce comprend facilement car pour faire des clones parfait il faut qu ils soit élevé dans de meme conditions pour etre identique et comme on ne peu gerer le racinaire .a ce jour je ne sais pas si certain produisent ( ce qui devrai etre le cas ) et vue le prix qu'il en demande ( pour faire plaisir a maurice ) je n en ai pas acheté .
jerome

Posté : 11 janv. 2008 18:35
par tricastin
Merci de vos réponses .On m'a dit que ces "clones" peuvent s'avérer etre de tres bons producteurs comme de parfait bides .Pouvez vous me dire ( en moyenne bien entendu ) quel est le délai pour que les premieres truffes apparaissent car quand on dit 10 ans est-ce l'age de l'arbre ou le moment a partir duquel on le plante ?

Posté : 11 janv. 2008 21:46
par truffalou
Bsr, Tu es du tricastin,:excl: pour le chêne truffier cloné il n'y a pas de recul, mais pour d'autres espèces oui en règle générale le plant est plus sensible aux maladies entre plus vite en production mais à une durée de vie plus courte. En résumé je ne voie pas du tout l'intérêt du clonage pour les chênes truffiers vu que le sol est pour 80% le climat 10% et l'arbre 10% dans la réussite d'une truffière qui doit durer longtemps...longtemps.....

Posté : 12 janv. 2008 18:41
par filipe
Salut truffalou, tu oublis le travail !
filipe .

Posté : 12 janv. 2008 22:08
par truffalou
filipe a écrit :Salut truffalou, tu oublis le travail !
filipe .
Bsr, Mille excuses, ce n'est pas 80% pour le sol mais 79% et 1 % pour le travail du sol :blush: